Dear Winnie,

Sur ce spectacle

Lors de la lutte contre l’apartheid, le résistant de l’ANC Maurice Mthombeni a envoyé une lettre à sa personne de confiance, Winnie Madikizela, mieux connue sous le nom de Winnie Mandela. Mais le régime d’apartheid a intercepté ce courrier et l’a publié dans le journal national sud-africain – afin de créer la dissension au sein de l’ANC. Maurice Mthombeni a fui en Europe, où il a poursuivi la lutte.

Son fils Junior Mthombeni, metteur en scène et visage du KVS, caresse depuis longtemps l’idée de produire un spectacle sur Winnie Mandela. À présent que l’incompréhension ne cesse de croître et que la zone grise entre les causes justes et les doctrines ignominieuses paraît s’estomper et même disparaître, il estime que le temps est mûr pour porter le personnage de Winnie Mandela à la scène comme source d’inspiration. Le spectacle ne se rapporte pas seulement à cette femme exceptionnelle qui, malgré les humiliations, le harcèlement et l’exil, a toujours résisté avec la même ferveur au régime d’Apartheid, mais traite aussi de ce que nous pouvons apprendre aujourd’hui de la pugnacité qui la caractérisait.

Non pas à partir d’un regard (de) blanc, mais à travers un prisme coloré cette fois. Aux côtés de neuf actrices, chanteuses, danseuses et performeuses de la diaspora africaine, les visages du KVS Junior Mthombeni, Fikry El Azzouzi et Cesar Janssens, qui forment ensemble la compagnie tricéphale Jr.c.E.sA.r, partent en quête de réponses aux questions : quand se révolte-t-on ? Quand se sacrifie-t-on pour une cause qui nous dépasse ? Ensemble, elles mettent sans dessus dessous le canon blanc, masculin, euro-centré. Elles dénoncent le manque de représentativité et critiquent l’histoire officielle.

Suggestions

Regarde à nouveau nos streamings